Hans Theys est un philosophe du XXe siècle, agissant comme critique d’art et commissaire d'exposition pour apprendre plus sur la pratique artistique. Il a écrit des dizaines de livres sur l'art contemporain et a publié des centaines d’essais, d’interviews et de critiques dans des livres, des catalogues et des magazines. Toutes ses publications sont basées sur des collaborations et des conversations avec les artistes en question.

Cette plateforme a été créée par Evi Bert (Centrum Kunstarchieven Vlaanderen) en collaboration avec l'Académie royale des Beaux-Arts à Anvers (Groupe de Recherche ArchiVolt), M HKA, Anvers et Koen Van der Auwera. Nous remercions vivement Idris Sevenans (HOR) et Marc Ruyters (Hart Magazine).

ESSAYS, INTERVIEWS & REVIEWS

Pauline Niks - 2017 - Landmarks [EN, essay],
Texte , 1 p.




__________

Hans Theys


Tout sur les attractions touristiques
Quelques mots sur une série de photos de Pauline Niks



Pour son aventure photographique I Am Just a Scenic Spot, Pauline Niks a effectué deux longs voyages en Chine, parcourant tout le pays pour y photographier des soi-disant monuments. Elle s'est focalisée spécifiquement sur des répliques d'attractions touristiques emblématiques d'autres pays, comme la tour Eiffel et la Maison-Blanche. L'objectif était de refléter la nature manipulatrice de la photographie documentaire, souvent considérée comme une reproduction fiable de la réalité alors qu'en fait elle crée sa propre réalité. 
Les photos qui en résultent témoignent de ce que Guillaume Bijl appelle le « tourisme culturel » : notre besoin presque désespéré de moments historiques significatifs, qui souvent prenne la forme d’un décor et d'une série de signes prévisibles nous indiquant ce que nous devons ressentir et comment nous comporter. En effet, nous aimons vivre avec des images de rêve qui disent fort peu du monde en dehors de notre tête, mais beaucoup sur nos propres peurs et aspirations, qui semblent tellement liées à notre être que nous semblons condamnés à les convertir éternellement en actes stupides et en laideur.


Montagne de Miel, 31 juillet 2017