Hans Theys est un philosophe du XXe siècle, agissant comme critique d’art et commissaire d'exposition pour apprendre plus sur la pratique artistique. Il a écrit des dizaines de livres sur l'art contemporain et a publié des centaines d’essais, d’interviews et de critiques dans des livres, des catalogues et des magazines. Toutes ses publications sont basées sur des collaborations et des conversations avec les artistes en question.

Cette plateforme a été créée par Evi Bert (Centrum Kunstarchieven Vlaanderen) en collaboration avec l'Académie royale des Beaux-Arts à Anvers (Groupe de Recherche ArchiVolt), M HKA, Anvers et Koen Van der Auwera. Nous remercions vivement Idris Sevenans (HOR) et Marc Ruyters (Hart Magazine).

à propos de hans theys

Hans Theys est un philosophe du XXe siècle, agissant comme critique d’art et commissaire d'exposition pour apprendre plus sur la pratique artistique. Il a écrit des dizaines de livres sur l'art contemporain et a publié des centaines d’essais, d’interviews et de critiques dans des livres, des catalogues et des magazines. Toutes ses publications sont basées sur des collaborations et des conversations avec les artistes en question.


 

Theys est né en 1976. La majeure partie de son enfance il a passé dans un vieux verger. Le plan en damier légèrement perturbé, la lumière du soleil dispersée et filtrée, les oiseaux qui font leur nid et qui fourragent, les fruits immangeables des vieux arbres de haute tige, la bataille territoriale entre herbe, boutons-d'or et orties, les buissons de sureau qui pullulent en lisière et le silence au cœur du bosquet le marquent durablement. Les artistes avec lesquels Theys collaborera plus tard ont connu des expériences similaires dans leur jeunesse. Panamarenko jouait enfant, avec ses camarades Johnny et Laurent, dans le singulier Rivierenhof de Deurne, Ann Veronica Janssens a passé sa jeunesse aux environs de Kinshasa.

   Avec Bernd Lohaus, 2007 - Photo: Kris Vanhemelrijck

Theys recherchera dans toutes ses expériences des espaces asymétriques similaires, qui ont été construits ou qui sont utilisés en portant attention à la lumière, à la couleur, au mouvement, au rythme et au silence.

Après une scolarité primaire approfondie, au cours desquelles les cours de judo ont notamment eu une influence qui a perduré, Theys a étudié dans un petit athénée qui n'était pas entouré de murs et qui se trouvait au milieu d'une forêt. En entrouvrant la fenêtre et en se penchant un peu à l'extérieur, il avait la tête dans les bois. Plus tard, il a étudié la philosophie et la littérature à la Vrije Universiteit Brussel. Il a obtenu son diplôme avec un mémoire sur le thème de l'attente dans l’œuvre de Nietzsche et de Kafka.

1980

De 1980 à 1983, Theys écrit des poèmes dont certains sont publiés en 1987 dans la publication d'artiste créée avec Damien De Lepeleire Du tumulte muet.

En 1984, son premier conte est publié dans la revue littéraire De Revisor à Amsterdam.

Cette même année, il répète quotidiennement pendant six mois avec le metteur en scène Paul Peyskens pour sa pièce Julius Caesar. Pendant la fête qui suit la première, il est invectivé par le metteur en scène parce qu'il étudie la texture du décor peint avec le peintre Michel Frère.

En 1985 il est un des seuls visiteurs de la première exposition solo de Luc Tuymans, qui a lieu dans la piscine vide des Thermes à Ostende.

En 1987, il publie sa première critique d'art dont de grandes parties sont dictées par l'artiste. La publication de cet écrit montre à Theys ce qu'il ne veut plus jamais faire.

En 1988, il fonde avec Damien De Lepeleire et Michel Frère une revue d'art. Poussés par la nécessité de remplir ce magazine, il va rechercher des artistes, dont Panamarenko, Walter Swennen, Luc Tuymans, Franky DC et Zhang Xiao Xia.

En 1989, il rédige et conçoit un catalogue sur les peintures de Michel Frère, à propos desquelles il ne peut cependant encore rien annoncer car il ne peut pas encore les voir. Michel Frère. Peintures et Sculptures, Albert Baronian, Bruxelles.

Pendant cette même année, il accompagne Panamarenko au Furkapas, où ils essaient en juin de faire tourner un moteur à pastille et bricolent en septembre le véhicule chenillé Prins Misjkin.

Avec Dirk Pauwels, Panamarenko, Zoro Feigl, Frederika Huys et Tamara Van San, 2010. Photo: Elisabeth Ida Mulyani

1990

En 1990, il rédige et conçoit un opuscule sur l'œuvre de Koen Theys. Ils y prennent beaucoup de plaisir, notamment en réfléchissant à certains titres (Kijkgleuf langs alle kanten).

Au cours de cette même année, ils réalise avec Frank Theys la vidéo De ezel van Buridan, projeté pour la première fois au Beurschouwburg (Bruxelles) et qui est sélectionné pour le festival du film de La Haye.

Il se rend avec Panamarenko dans une île de l'Océan Indien pour tester le scaphandre Portuguese Man of War.

Il accompagne également Panamarenko une nouvelle fois au Furkapas, où ils construisent la voiture volante K2, qui sera montrée à Documenta IX en 1992.

En 1991, il écrit un premier texte sur les peintures de Zhang Xiao Xia, sans pouvoir observer quoi que ce soit de ces peintures. Il résout ce problème en n'écrivant pas à propos des peintures. En 2017, à la demande de Bruno Simpelaere, il rédige un nouveau texte où il tente d'expliquer ce dont Xiao Xia s'est occupé pendant tout ce temps (Zhang Xiao Xia. Un pirate moderne et libre).

Pendant cette même année, il écrit et met en scène la pièce de théâtre Bernard Bosch fait de l’ordre, avec l'acteur Bernard Eylenbosch. La pièce est jouée chaque jour pendant trois semaines au Théâtre de la Balsamine à Bruxelles. Elle semble être appréciée par les spectateurs.

In 1992, il rédige et conçoit un premier catalogue sur l'œuvre de Panamarenko, publié par le Musée Bunkamura de Tokyo. Avec l'artiste, il voyage à travers ce pays pour prévoir une exposition rétrospective itinérante. Au Musée Bunkamura, ils divisent l'espace d'exposition en deux et mettent chacun en place une moitié de l'exposition.

Au cours de cette même année, il écrit et conçoit un catalogue d'œuvres sur le travail de Panamarenko. Avec le photographe Francis Jacoby, il rend visite à des centaines de collectionneurs pour photographier les œuvres. C'est une expérience hallucinante. Le livre est présenté chez Isy Brachot à Bruxelles et chez Ronald Feldman à New York, où Theys met l'exposition en place seul.

Il publie également trois petites histoires dans un opuscule créé par ses soins (Quelques histoires) et publié par le Palais des Beaux-Arts de Charleroi suite à une exposition de groupe avec des œuvres de Walter Swennen, Damien De Lepeleire et d'autres.

En 1993, il publie plusieurs textes sur l'œuvre de Panamarenko, entre autres suite à la biennale de Lyon. Il réalise une petite publication en allemand sur l'œuvre de Panamarenko pour le Patentamt de Munich et il rédige et conçoit le catalogue Cars and Other Stuff pour la Tokoro Gallery de Tokyo.

Il fait la connaissance d'Ann Veronica Janssens et de Michel François et il commence à travailler avec eux. L'un des premiers fruits de cette collaboration est la série de posters de Michel François, dont le premier est imprimé à l'occasion de la Biennale de São Paulo en 1994.

En 1994, il écrit et met en scène, à la demande du Beurschouwburg Bruxelles, deux pièces de théâtre dont la première est jouée au Beurschouwburg et aux Tréteaux. Avec Ianka Fleerackers, il apparaît également en tant qu'acteur dans la pièce Van al die…, jouée soixante fois en Belgique et aux Pays-Bas. Là encore, c'est une expérience hallucinante mais cette fois très agréable.

Pendant cette même année, il rédige et conçoit un catalogue sur l'œuvre de Walter Swennen, suite à son exposition rétrospective au M HKA (curateur : Liliane Dewachter).

En 1995, il aide Panamarenko à construire la plateforme volante Bernouilli (que Theys exposera pour la première fois en 2010 suspendue au S.M.A.K.) et à souder le sous-marin PANAMA.

   Avec Idris Sevenans et Guy Rombouts à Amsterdam - Photo: Rebecca Fertinel

Il publie un premier catalogue sur les multiples de Panamarenko. Il assure également la mise en forme d'un catalogue sur l'œuvre de Michel Frère. Il demande au directeur du musée l'autorisation de ne pas dévoiler le lieu où se trouvent la plupart des peintures invendues car cela pourrait porter préjudice au prix des œuvres de l'artiste sur le marché. Le directeur le contraint de mentionner ces lieux.

En 1995 et 1996, il travaille avec Maria Gilissen à la gestion des archives Broodthaers. L'une des missions consiste à identifier et à décrire 82 films de Marcel Broodthaers pour le catalogue Cinéma publié à Barcelone. Ils rédigent également ensemble le petit livre d'artiste Un voyage à Waterloo.

Il publie un texte dans lequel il décrit précisément, pour la première fois, en quoi consistent une vingtaine de sculptures d'Ann Veronica Janssens. Quelques mois plus tard, elle reçoit le prix Blanlin Evrart. Il y voit un encouragement.

En 1997, il est invité par Michel François à participer à un projet à la clinique TBS De Kijvelanden (Rotterdam). Cette collaboration mène, entre autres, à la publication du texte Entrer sans frapper dans le Cahier Witte de With #7, Richter Verlag, Düsseldorf.

En 1998, les textes Rien dans les poches et Entrer sans frapper sur l'œuvre de Michel François sont réimprimés dans le catalogue de la biennale de Venise.

Pendant cette même année, Theys se charge de la dramaturgie du spectacle de danse Red Rubber Balls du chorégraphe Thierry Smits. Il traduit également la pièce de théâtre du même nom, écrit par Peter Verhelst. Publiée par International Theatre and Film Books, Amsterdam.

Il aide Panamarenko à construire Scotch Gambit.

Theys est invité par Guy Rombouts et Monica Droste a rédiger et à donner forme à un catalogue sur leur oeuvre suite à une rétrospective de celle-ci. Monica Droste décède avant le début de l'exposition. Theys assiste Rombouts pendant l'accrochage.

Il aide la Fondation Cartier à Paris dans la préparation d'un catalogue et d'une exposition sur l'œuvre de Panamarenko.

Il publie également des textes sur Guillaume Bijl, Ronald Ophuis, Robert Devriendt, Leo Copers et bien d'autres artistes qui commencent à lui demander de venir regarder leurs œuvres et d'écrire quelque chose à leur propos.

Collaboration avec Ann Veronica Janssens pour un projet in situ à Bruxelles. Rédige et conçoit avec elle le livre d'artiste L’énigme de chat perdu, qui paraît début 1999.

En 1999, il rassemble des photographies de l'œuvre d'Ann Veronica Janssens, Michel François, Joëlle Tuerlinckx, Guillaume Bijl et quelques autres artistes et il donne une première série de conférences au Musée Dhondt-Dhaenens. Suite à l'une de ces conférences, il met en place une exposition avec des œuvres de Joëlle Tuerlinckx, qui le mandate pour cela et par le biais d’un certificat, donne le droit à Theys de déclarer ce travail du soir comme étant authentiquement de sa main.

Pendant cette même année, il organise sa première exposition au Herman Teirlinckhuis de Beersel, avec l'œuvre de 24 artistes dont Panamarenko, Walter Swennen, Luc Deleu & TOP office, Ann Veronica Janssens, Michel François et Joëlle Tuerlinckx. En septembre, cette exposition est reprise à la Nicole Klagsbrun Gallery de New York. Roberta Smith du New York Times adore l’exposition.

Il achète une caméra numérique grâce à laquelle il peut enfin faire des vidéos de bonne qualité.

2000

Il se rend avec Michel François à Kaapstad pour cueillir des pissenlits.

Toutes les six semaines, il accompagne Luc Deleu à la ville de Poortugaal près de Rotterdam, où Deleu construit la maison Driegeneratiewoning Niebuur. Ces voyages débouchent sur un film en huit volets sur l'œuvre de Luc Deleu & TOP office.

Il est invité par Joëlle Tuerlinckx à exposer ses livres et à présenter un film sur Luc Deleu & TOP office lors d'une exposition de groupe qu'elle organise au Nicc à Anvers.

Le chorégraphe Pierre Droulers invite Theys à suivre et à documenter la chorégraphie MA (Les cahiers MA). En 2017, Theys reviendra sur cette collaboration dans un essai publié dans un catalogue rétrospectif de l'œuvre de Droulers (Sunday, Charleroi Danses et Mercatorfonds).

En 2000, il intervient avec Johan Pas, Liliane Dewachter, Anny De Decker et Ulli Lindmayr en tant que curateur de l'exposition ‘Mo(uve)ments’ qui a lieu au Museum voor Schone Kunsten d'Anvers. Chaque curateur choisit un artiste avec lequel il veut collaborer. Theys travaille avec Guy Rombouts.

En 2001 paraît le livre Luc Deleu & TOP office. La ville inadaptée. Un an plus tard, une version néerlandophone adaptée de cette œuvre est publiée par Ludion.

Cette même année, le livre Love Me sur les superbes ‘peintures obliques’ de Viviane Klagsbrun, paraît.

Theys commence à donner cours à l'académie d'Anvers.

 Avec Tomas Beaujean, Maurice Theys et Ronny Van de Velde - Photo: Idris Sevenans

En 2002, paraissent une plaquette sur l'œuvre de Joëlle Tuerlinckx (A prior, Bruges), un deuxième livre sur les multiples de Panamarenko (Gallery Jos Jamar, Anvers), un catalogue sur l'œuvre de Dimitri Vangrunderbeek (M HKA, Anvers) et un livre sur cinq expositions de Michel François (Ursula-Blickle-Stiftung, Kraichtal, Westfalischer Kunstverein Münster). Les livres sur Vangrunderbeek et François sont mis en forme par Theys.

En 2003 paraît le livre Ann Veronica Janssens. The Gliding Gaze, publié par le Middelheimmuseum d'Anvers (240 p.). En 2007, Theys se charge de la mise en forme du livre Ann Veronica Janssens. An den Frühling, publié par DuMont Literatur und Kunst Verlag, Köln (240 p.), qui est une suite au livre de 2003.

En 2003, Theys décide de suivre et de filmer les occupations de Vaast Colson pendant un an. Il en résulte la réalisation de plusieurs vidéos et une participation à la Retrospectieve à l'espace Kunst Nu du S.M.A.K. en 2004.

Lorsqu'il apprend que Dennis Tyfus ne perçoit aucune subvention parce que son œuvre est considérée comme ‘non pertinente pour l'art contemporain’ par la commission des Beaux-Arts, il écrit un plaidoyer enflammé en faveur de son œuvre, publié par la revue NieuwZuid.

En 2004, Theys participe en tant que réalisateur de film à l'exposition de Luc Deleu & TOP office au M HKA.

Sur une invitation de Lokaal 01 à Breda, il suit leur fonctionnement pendant un an. Il en résulte la réalisation d'un petit livre et de quelques vidéos présentés pendant l'exposition Materieel en weerbarstig.

Il filme Vaast Colson pendant les préparatifs et les dernières heures difficiles qui précèdent l'ouverture de son exposition Helena. The Paintings Martin Couldn’t Paint Anymore qui aboutira dans la Helena Sculpture conservée par le M HKA.

En octobre il reçoit une letter de Harald Szeemann, qui écrit : “Wherever I go I meet Hans Theys-books and publications. As you know I’m preparing the exhibition Visionary Belgium for February 2005 and I think this would be an occasion to make a book together on the topic. What do you think?” Peu après Szeemann meurt.

Au Herman Teirlinckhuis à Beersel il organise l’exposition One by One qui durera quatre mois, rythmée par trois ouvertures, avec des œuvres de Vaast Colson, Paul Hendrikse, Olivier Stévenart, Damien De Lepeleire et Ann Veronica Janssens. Avec Janssens, il crée un ‘cabinet’ avec des expériences, acheté plus tard par Frac Limoges, complété graduellement et qui constitue en 2017 le cœur d'une magnifique rétrospective à l'Institut d’art contemporain Villeurbanne de Lyon.

En 2005, il est invité par le chorégraphe Stefan Dreher à documenter et à filmer les représentations des spectacles de danse Angie et Loving Lucy.

Cette même année, sa collaboration avec l'artiste Elly Strik mène à la mise en forme du petit livre Gorillas, Girls and Brides (Tornado Éditions, Bruxelles).

En 2006 paraît De schouw van Gaudi, un livre sur l'orientation d'étude In Situ3 à l'Académie d'Anvers.

Il réalise une vidéo sur l'exposition Break Down the Walls de Vaast Colson et Dennis Tyfus.

En 2007, il intervient à temps partiel au service du S.M.A.K. Cette collaboration conduit à la publication du recueil de lettres Tot nu toe was alles in orde de Johan De Wilde (2010), du livre d'artiste Incomplétude de Dominique Thirion (2010) et de la présentation de collection Xanadu! (2010).

Il organise l'exposition ‘The Moss Gathering Tumbleweed Experience’ qui durera onze mois, avec des œuvres de 105 artistes. L'exposition a lieu en même temps au Nicc à Anvers, au Lokaal 01 de Breda et à la Galeria Klerkx de Milan.

Il organise l'exposition Small Stuff Three. Meeting Bernd Lohaus, avec l'œuvre de quarante jeunes artistes dont Vaast Colson, Dennis Tyfus, Kati Heck, Lieven Segers, Nadia Naveau, Tamara Van San, Freek Wambacq et Stijn Van Dorpe.

Il rédige et conçoit le petit livre Le salon du plaisir pour Nadia Naveau.

Deux autres petits livres paraissent cette même année. L'un sur l'impossibilité de créer une œuvre artistique de manière contrôlée (De geheime thuiskomst, publié par A&S Books, sur une invitation de Bart Verschaffel) et Walter Swennen. Congé annuel, à propos d'une exposition de Walter Swennen à la Galerie Nadja Vilenne de Liège. Plus tard, cette exposition est élue exposition de l'année (Contemporary Art in Belgium 2008, Henry Bounameaux & Bart De Baere).

En 2007, il commence à donner cours à la School of Arts de Gand (KASK).

En 2008 paraît Flower Power. Kunst in België na 2015, un premier recueil de textes d'histoire de l'art et critiques de Hans Theys (464 p.). En 2009, ce livre est suivi par Over Vorm (Croxhapox, Gand, 400 p.), en 2010 par Over Vorm. Tweede herziene druk (Tornado Éditions, Bruxelles, 400 p.) et en 2014 par Over Vorm. Het Vervolg (Tornado Éditions, Bruxelles, 368 p.).

Il se charge de la rédaction et de la mise en forme d'un journal sur l'œuvre de Marcel Broodthaers (AmuseeVous, Leuven).

Il rencontre Berlinde De Bruyckere. A la demande de KASK Gent, il écrit et conçoit un petit livre sur son Schmerzensmann V (avec une contribution textuelle de Stefan Hertmans). Lorsque la chaîne de télévision Canvas veut faire un documentaire sur De Bruyckere, elle propose de se faire interviewer par Theys. Elle l'invite également à l'accompagner à New York pour la création d'une exposition solo à la galerie Yvon Lambert. Cette collaboration conduit à plusieurs publications, entre autres dans le livre Mysterium Leib. Berlinde De Bruyckere im Dialog mit Cranach und Pasolini, Hirmer Verlag, 2011.

Il obtient l'autorisation de Kati Heck de passer la voir à son atelier pendant tout une année. L'un des textes qui en découlent est publié dans The State of Things, Bruxelles, Pékin, 2009.

En 2009 paraît le livre Elly Strik. Oracle (Tornado Éditions, Bruxelles, 128 p.), écrit et mis en forme par Hans Theys.

Il publie un texte sur l'œuvre de Vaast Colson et Dennis Tyfus dans Metropolis M.

2010

Fin 2009, il découvre l'œuvre de Rein Dufait (né en 1990). Il la reprend immédiatement dans l'exposition de groupe Flesgeesten qui a lieu en février 2010 au Project Space 1646 de La Haye (avec des œuvres de Raoul De Keyser, Berlinde De Bruyckere, Dirk Braeckman, Ann Veronica Janssens, Tamara Van San, Walter Swennen, Kati Heck, Ronald Ophuis, Elly Strik et d'autres).

En 2010, il organise l’exposition Xanadu! au S.M.A.K. Dans le cadre d'un plaidoyer en faveur d'un accroissement de la collaboration entre les différents musées belges, il prête pour cette exposition des œuvres de MuZee à Ostende (Panamarenko et Raoul De Keyser) et de M HKA à Anvers (Walter Swennen). Il présente également de nouvelles œuvres de David Claerbout, Ann Veronica Janssens et Dirk Braeckman et des œuvres plus anciennes, moins connues de Bernd Lohaus. L'exposition s'accompagne d'un catalogue sous la forme d'un journal.

En 2011, il écrit son premier texte pour le photographe Max Pinckers (né en 1988), sur la série de photos Lotus qu'il a prises en Thaïlande avec Quinten De Bruyn. Le texte est publié dans une maquette réimprimée en 2016 par Lyre Press, Bruxelles.

En 2012, il organise deux expositions collectives dans lesquelles il essaie d'attirer l'attention sur l'œuvre de Rein Dufait (né en 1990), Kasper Bosmans (né en 1990), Max Pinckers (né en 1988), Gauthier Oushoorn (né en 1986) et Tamara Van San (né en 1982) en la combinant à l'œuvre de Bernd Lohaus, Guy Rombouts, Panamarenko, Luc Deleu & TOP office et d'autres.

Il passe sa thèse de doctorat à l'Université d'Anvers, sous la direction d'Herman Van Goethem et Johan Pas. Le doctorat est publié sous le titre Het Kijkbeeld, Koninklijke Academie voor Schone Kunsten, Anvers, 480 p.

Il écrit un second texte pour Max Pinckers, suite à sa série de photos Will They Sing Like Raindrops or Leave Me Thirsty, publié dans le livre d'artiste homonyme.

Cette même année, il publie une monographie sur l'œuvre de Koen Deprez (Loxodromen en cinematografische vrijheid, Tornado Éditions, Bruxelles, 312 p.

Publication d'un numéro à thème d'Openbaar Kunstbezit in Vlaanderen sur l'œuvre de Michaël Borremans, suite à une exposition au Bozar.

Il écrit également une histoire pour la publication d'artiste Nocturne de Carole Vanderlinden (Posture N° 6). En 2017, ce livre connaît une suite dans la publication Mon seul désir (Posture N° 24).

En 2014, il se charge de la rédaction et de la mise en forme d'une monographie sur l'œuvre de Tamara Van San (Indian Shuffle, Tornado Éditions, Bruxelles, 196 p.).

Il organise une exposition autour d'un certain nombre de dessins inconnus de Panamarenko (collection M HKA) à la De Lange Zaal de la Koninklijke Academie voor Schone Kunsten. Publication du livre Panamarenko Laboratorium, qui réunit plusieurs textes sur l'œuvre de cet artiste.

En 2015, il documente plusieurs expériences de Rein Dufait avec des vidéos et des photos sur la plage d'Ostende. Cette collaboration aboutit, entre autres, à plusieurs éditions de la publication d'artiste Tesanada, à une exposition au MuZee et à une Inbox au M HKA.

Publication d'un numéro à thème d'Openbaar Kunstbezit in Vlaanderen sur les artistes dessinateurs.

En 2016, Theys publie deux livres sur l'œuvre de Walter Swennen : Ne Quid Nimis, publié par Zonder titel, Bruxelles, 302 p. (en néerlandais et en français) et Hic Haec Hoc, publié par Xavier Hufkens, Bruxelles, 240 p. (en anglais). La mise en forme des deux livres, en collaboration avec Theys, est effectuée sur la base du même matériel par deux personnes : Ron Reuman et Joris Dockx, qui ne voient pas le travail l'un de l'autre.

Cette même année, Theys organise l'exposition collective K R A S J  3 à Ninove, avec une sculpture créée spécialement pour l'exposition de Berlinde De Bruyckere et l'œuvre de Karl Philips, Rinus Van de Velde, David Claerbout, Nico Bourthoumieux, Gijs Milius, Douglas Eynon, Luc Deleu & TOP office et bien d'autres.

Avec Max Pinckers, Victoria Figueras et Maurice Theys, il visite le Topanga Canyon à Los Angeles pour une série de photos sur Oliver Sacks.

En 2017, il écrit un roman.

En 2018 il suit de près la création du livre Margins of Excess de Max Pinckers, qui sera lancé accompagné d’un texte d’introduction de la main de Theys.

Il fait un livre sur les peintures d’Emilio López-Menchero.

Il organise l’exposition The Old Up & Down ayant lieu simultanément à trois endroits différents, pour introduire le travail de quatre jeunes artistes don’t il a fait la connaissance aux academies de Gand et d’Anvers: Leendert Van Accoleyen (°1991), Robert Soroko (°1990), Simon Masschelein (°1994) et Dries Van Laethem (°1996). Il combine leur travail avec celui de Kasper De Vos (°1988), qu’il admire.

En 2019 il devient professeur en chef à la AARS (Antwerp Artist Run School), fondée par Idris Sevenans (°1991). Il est interviewé par Superstars Magazine, une revue irrégulière dédiée aux aventures de gens ayant un succès démesuré.

Il organise trois expositions introduisant les peintres Felix De Clercq (°1997), Jorik Dzobava (°1993) et Lisa Vantorre.

Il organise une exposition de groupe au Pays Bas combinant des œuvres de Bernd Lohaus (°1940), Luc Deleu (°1944), Ann Veronica Janssens (°1956), Elly Strik (°1958), David Claerbout (°1969), Ronald Ophuis (°1968) et Sterling Ruby (°1972) avec des œuvres d’artistes plus jeunes comme Tamara Van San (°1982), Zoro Feigl (°1983), Karl Philips (°1984), Kasper De Vos (°1988), Idris Sevenans (°1990), Robert Soroko (°1990), Leendert Van Accoleyen (°1991), Simon Masschelein (°1994), Dries Van Laethem (°1996), Jorik Dzobava (°1993), Fran Van Copenolle (°1998) et beaucoup d’autres.

Dans la même année il publie cinq livres: The Doubling (sur le dessin comme moyen de penser), Hors Commerce (sur l’art et l’argent), Vrijheid Vandaag (sur une exposition de groupe), Scotomia (sur l’amnésie culturelle) et les recueils d’entretiens Knockando, Ce que c’est et Form Vision.

Avec Walter Swennen, 2010. Photo: Lies Vandevorst

En 2020 Theys crée 50 films dits ‘Flatnix’, publiés sur Vimeo et YouTube, dans lesquels il improvise des commentaires sur des œuvres d’art et des expositions.

Il crée une exposition pour Emergent, Veurne, avec des œuvres de Joris Ghekiere, Raoul De Keyser, Walter Swennen, Luc Tuymans, Ronald Ophuis, Robbin Heyker, Anna Godzina, Felix De Clercq, Fran Van Coppenolle, Jorik Dzobava, Kasper De Vos, Max Pinckers, Nienke Baeckelandt, Robert Soroko, Simon Masschelein, Simona Mihaela Stoia, Victoria Parvanova et Zhang Xiao Xia.

Il réalise trois monographies, dédiées à l'œuvre de Walter Swennen, Max Pinckers et Robbin Heyker. Ces livres seront publiés en 2021.

Il met la dernière main au roman ‘De Genade’ (‘La Grâce’), qui sera publié par Lebowski, Amsterdam, en février 2021.